Fiche technique

Marque
FORD
Modèle
THUNDERBIRD
Année
1955
Code | Type
CABRIOLET
Moteur
V8
Cylindrée
5L1 - moteur de 1957
Alimentation
Carburateur
Puissance
225 CH
Kilométrage
96 105 miles compteur
Boîte de vitesse
Automatique
Equipement
capote neuve
Etat
TBE
Couleur peinture
Raven Black
Disponibilité
Immédiate - dépôt vente

La FORD T BIRD la plus regardée !

Totalement restaurée, elle devrait vous faire craquer car c’est un V8 mais pas trop gourmand !

Historique

T bird – CORVETTE : les sœurs ennemies !

La Ford Thunderbird biplace 1955-57 est l'une des voitures américaines les plus emblématiques. Elle a été utilisée dans des émissions de télévision, des films et des publicités imprimées, sans parler de son image sur un timbre-poste américain.

Les médias de masse ont souvent qualifié à tort toute voiture d'apparence sportive, comme la Ford Mustang, de « voiture de sport ». Ils ont donné la même description à la Thunderbird 1955-57, bien que Ford ait souligné dès le départ que son nouveau bébé était une « voiture personnelle ».

Ford savait que le marché des voitures de sport était très limité et que qualifier la Thunderbird de « voiture personnelle » lui donnerait un attrait beaucoup plus large.

La « T-Bird » 1955-57 était la deuxième voiture de sport produite en série aux États-Unis par un grand constructeur automobile national, juste derrière la Chevrolet Corvette. Les petits constructeurs automobiles américains, tels que Nash et Kaiser, ont construit un nombre limité de voitures de sport au début des années 1950 pour améliorer leur image. Ils ont vu que les voitures de sport britanniques, comme la MG et la Jaguar, attiraient beaucoup d'attention et se vendaient relativement bien aux USA. Mais peu de ces voitures de sport américaines ont été vendues, en grande partie parce que leurs producteurs manquaient de ressources pour rivaliser avec les grands constructeurs automobiles.

L'histoire raconte que la Thunderbird deux places a été construite parce que le directeur général de la division Ford, Lewis Crusoé, admirait les voitures européennes au salon de l'automobile de Paris en 1951 avec le designer de Ford, George Walker.

"Pourquoi ne pouvons-nous pas avoir quelque chose comme ça ?" a demandé Crusoé à Walker après avoir examiné une sportive européenne deux places.

"Oh, mais nous le faisons", a menti Walked, qui a eu l'esprit vif, avant de téléphoner au siège social de Ford dans le Michigan et de lui dire de se mettre rapidement au travail sur une deux places afin que Crusoé ait quelque chose à voir à son retour d'Europe.

Cette histoire n'est pas entièrement vraie. Ford travaillait sur une deux places, mais n'était pas sérieux à ce sujet parce que les voitures de sport ne représentaient qu'un pourcentage infime du marché américain.

La Chevrolet Corvette de General Motors était la seule voiture de sport d'un grand constructeur automobile national au début des années 1950. Elle est arrivée fin 1953 et GM n'a pas hésité à la qualifier de voiture de sport, bien que la Corvette de première génération (1953-55) ne convienne pas du tout à la plupart des acheteurs de voitures de sport en Amérique. GM ne savait rien de la construction de voitures de sport. La Corvette avait une allure sportive mais avait des sides screens peu pratiques - acceptés sur les voitures de sport britanniques - au lieu des vitres fixes attendues sur une voiture de sport GM. Elle manquait également de poignées de porte extérieures et avait une carrosserie en fibre de verre grinçante, ce qui était alors étrange, et une capote souple mal ajustée. La Corvette avait peu de caractéristiques de confort ou de commodité pour les Américains soucieux de leur confort, et n'était pas bon marché. Et elle avait une transmission automatique à deux vitesses paresseuse et gourmande en puissance, alors que les voitures de sport étrangères avaient généralement des transmissions manuelles. GM a essayé de fabriquer la Corvette à la fois américaine et étrangère, et a échoué sur les deux plans. Il a même eu du mal à distribuer les premières Corvette à des fins promotionnelles auprès de VIP et de célébrités, dont beaucoup n'aimaient pas la voiture. En fait, la nouvelle Corvette n'était pas si mauvaise que ça malgré ses défauts, étant assez agile et raisonnablement rapide pour son époque.

Mais, en revanche, la Thunderbird 1955 avait une carrosserie en acier serrée avec des lignes lisses, propres et jeunes et des proportions élégantes de capot long et de pont court. Elle avait le même empattement de 102 pouces que la Corvette et la sexy Jaguar XK-140, mais reprenait le thème de style des Ford 1955 pleine grandeur.

La nouvelle T-Bird utilisait un bon nombre de pièces Ford ordinaires pour réduire les coûts. Il s'agissait notamment de phares, de feux arrière et d'instruments. Le partage des pièces a également permis à Ford d'utiliser avec succès la Thunderbird de 1300 kg pour déteindre une partie de son image sportive et glamour sur les Ford ordinaires redessinées.

La nouvelle Thunderbird était meilleure pour 99 % du marché américain que la Corvette. Elle pouvait être équipée d'options telles que la direction assistée, les freins, les vitres et une banquette avant électrique conçue pour ressembler à deux sièges baquets. (Seuls deux adultes pouvaient y entrer, c'est pourquoi la T-Bird 1955-57 a toujours été décrite comme une deux places.)

La nouvelle Thunderbird était équipée d'un toit rigide amovible de série ou d'un toit souple électrique en option, ou des deux. Elle était même proposée avec une radio à bouton-poussoir.

En 1957, vous pouviez obtenir une T-Bird avec des lave-glaces automatiques, un siège électrique Dial-O-Matic avec mémoire avant-arrière, haut-bas et une radio avec un volume qui augmentait à mesure que le régime du moteur augmentait.

La T-Bird 1955 était propulsée par un V-8 de la division Mercury de Ford Motor. Le moteur de 292 pouces cubes générait 193 chevaux avec une transmission manuelle à trois vitesses et 198 avec la transmission automatique à trois vitesses Ford-O-Matic. C'était un moteur que les Américains pouvaient apprécier. La plupart des Américains ne savaient pas ou ne se souciaient pas du fait que le V8 de la T-Bird n'était pas aussi bon que le sensationnel nouveau V8 de la Chevy de 1955, mais il était suffisamment puissant pour donner à la T-Bird de bonnes performances. Et il se comportait mieux que la voiture moyenne.

Mais la vitesse n'était pas ce qui comptait le plus pour la nouvelle T-Bird. Il s'agissait plutôt d'une voiture de croisière élégante et luxueuse de la classe moyenne supérieure - une voiture parfaite à offrir à votre petite amie, votre femme ou votre maîtresse pour se montrer en ville.

Selon les normes d'aujourd'hui, la Thunderbird biplace des années 1950 avait une position de conduite décalée, avec des occupants assis bas et un gros volant placé près de la poitrine du conducteur. Il y avait également un mauvais angle mort avec le toit rigide en place, c'est pourquoi des vitres latérales arrière circulaires en forme de « hublot » ont été installées sur ce toit en 1956 et 1957.

Le modèle 1956 était équipé d'une roue de secours « continentale » placée à l'extérieur dans un boîtier métallique à l'arrière, car elle occupait trop d'espace dans le coffre. La roue de secours non seulement améliorait considérablement l'espace du coffre, mais elle déplaçait également légèrement le poids vers l'arrière et améliorait légèrement le bon équilibre de la voiture.

La Corvette se contentait d'un vieux six cylindres Chevrolet légèrement modifié jusqu'en 1955, lorsque le nouveau V-8 de Chevrolet est arrivé. Mais la « Vette » de 1955 ressemblait au modèle de 1953 et était presque morte née jusqu'à ce que GM commence à en faire une véritable voiture de sport avec plus de performances et de confort en 1956, lorsque ses ventes ont finalement commencé à décoller.

GM détestait la Thunderbird rivale parce que ce modèle Ford avait connu un succès instantané. Ford voulait que la T-Bird soit principalement une « voiture d'image », avec des ventes annuelles de seulement 10 000 unités. Le constructeur automobile a été surpris lorsque 16 155 T-Bird ont été vendues. En comparaison, seulement 674 Corvettes ont été produites en 1955.

La Thunderbird 1955 avait un prix de base de 2 944 $, soit pratiquement le même prix que la Corvette de cette année-là. La T-Bird coûtait plus cher que la décapotable Fairlane Sunliner de Ford à 2 224 $. Et même le toit décapotable optionnel de la Thunderbird ajoutait 290 $.

Ford ne voulait pas trop jouer avec le succès, donc la Thunderbird 1956 avait le même style que sa prédécesseuse. Cependant, sa ventilation a été améliorée et la conduite a été rendue plus confortable. La course à la puissance était lancée, donc la puissance du moteur de base a été portée à 202 chevaux avec la transmission manuelle et un V-8 plus gros de 312 pouces cubes a été ajouté. Il produisait 215 chevaux avec la boîte de vitesses manuelle et 225 avec la transmission automatique.

Les ventes de Thunderbird ont légèrement baissé en 1956, à 15 631 unités, mais elles ont grimpé à 21 380 unités en 1957, lorsque la production de l'année modèle s'est poursuivie jusqu'à la fin de l'année civile. Elle a toujours dépassé de loin la Corvette. Le prix de la T-Bird 1957 avait grimpé à 3 408 $, mais elle restait un achat intéressant.

Descriptif

Importée et entièrement restaurée en 2021 par SAUVAGNAT AUTOMOBILES, cette FORD THUNDERBIRD de 1955 a fait la joie de son propriétaire actuel qui s’en sépare pour un nouveau projet. Elle date du 29 Novembre 1955 et a été produite aux usines de DEARBORN.

La voiture a fait l’objet d’un suivi régulier, à savoir en 2022 à la livraison :

-        Réfection du système de freinage complet (garnitures, cylindres de roues, flexibles…)

-        4 amortisseurs neufs

-        Remplacement des silentblocs de triangle inférieur et supérieur, barre stabilisatrice

-        Démontage complet et réfection du moteur avec étanchéité et peinture bloc, réglage moteur, carburateur et alternateur

-        Remise en état du Hard Top et capote neuve

-        Peinture complète avec démontage intégral, couleur conforme à la data Plate : Raven Black et changement des joints

-        Remplacement des 8 bougies

-        Correction du faisceau électrique

-        Vidange BVA avec filtre à huile DEXTRON 3

-        Vidange motrice

-        4 pneus neufs

-        Ligne d’échappement neuve

-        Passage en 12 Volts pour plus de fiabilité

Et jusqu’à aujourd’hui :

-        Changement du carburateur

-        Montage d’un allumage électronique avec bobine Pertronix et bougies adaptées

-        Remplacement de la pompe à essence

La T BIRD se présente à vous dans un très état et les ajustements de porte ainsi que des ouvrants ne témoignent pas d’un véhicule structurellement abimé, ni choqué à notre connaissance. Les soubassements sont sains, il n’est pas relevé de corrosion perforante.

Les chromes et les optiques sont en bon état, le hard top également.

La sellerie est en bon état, les moquettes sont très propres, on notera un accroc sur la banquette au niveau du conducteur.

Au niveau mécanique, la voiture n’est pas Matching Numbers car elle dispose du moteur V8 312ci  Small block qui est un moteur de 1957 de 5L1 de cylindrée, plus puissant que le 292ci d’origine mentionné sur la data plate . C'est le moteur le plus recherché. Il est accouplé à une boîte de vitesse automatique de 3 rapports, qui permet de développer 225 CH.

Notre avis

Les T BIRD sont des véritables américaines qui ont toujours inspirées les constructeurs européens. Prenez une Simca Versailles de face et comparez ! vous l’avez en version cabriolet avec la T BIRD première génération. On adore ce modèle chez GT VINTAGE !

Dans cette configuration noire, la voiture est très classe et fait son effet. A saisir !

Possibilité de financement : Merci de nous contacter pour définir le montant et la durée que vous souhaitez.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

 

Présentation vidéo de la FORD THUNDERBIRD de 1955